Le Burundi a vite compris que pour pouvoir attirer les capitaux étrangers à investir dans ces différents secteurs, un certain nombre d’efforts doivent être fournis notamment en matière de procédures administratives, de taxations des services divers, etc. L’amélioration du climat des affaires demeure donc l’une des grandes priorités du Gouvernement.

Ainsi, depuis novembre 2010, le Burundi ne cesse d’enregistrer des progrès. Selon l’évaluation faite par la Banque Mondiale et la Société Financière Internationale en 2012, le Burundi a occupé la 7ème place parmi les dix premiers pays réformateurs de l’année.

En 2013, le pays a gagné deux places supplémentaires et s’est hissé au 5è rang mondial des pays réformateurs.

Un pays plein d’opportunités

Outre le climat favorable aux affaires, le Burundi offre toute une gamme d’opportunités ne fût-ce que par sa situation géographique qui lui confère une position de carrefour commercial régional.

Sur le plan des ressources naturelles, le pays dispose d’importants gisements de cuivre, cobalt et nickel, jusqu’à présent inexploités.

Pour aller plus loin :

  • Rapport Doing Business 2014 de la Banque mondiale (Doc pdf disponible sur le site de la Chambre fédérale de commerce et d’industrie du Burundi (CFCIB) : http://www.cfcib.bi
  • L’Agence de promotion des investissements (API) : investburundi.com