Compte tenu de son histoire et en vue d’assurer un avenir meilleur à tous ses fils et filles, le Burundi a opté d’orienter tous ses choix politiques vers la réconciliation nationale, la consolidation de la paix et de l’Etat de droit ainsi que la reconstruction et le développement économique et social durable.

Sur le plan institutionnel, les Accords d’Arusha signés en 2000 et la Constitution adoptée en 2005 et dont elle est d’ailleurs l’inspiration, ont permis la mise en place d’un système multipartite et inclusif fondé sur le principe de partage du pouvoir entre les différentes composantes de la société burundaise. Le Président occupe les fonctions de chef de l’État et chef du gouvernement. Le respect des quotas entre communautés par les partis politiques est un impératif constitutionnel. Par ailleurs, le Premier Vice-président est obligatoirement issu d’une communauté et d’un parti politique autres que ceux du Président de la République.

Ainsi, des avancées significatives ont été réalisées dans le processus de consolidation de la paix, la conduite des élections, le respect des droits de l’homme et dans le domaine de l’égalité du genre. Le parlement burundais compte plus de 30% de femmes.